Chat Noir Chat Blues

Chorégraphie: Pierre Bolo et Annabelle Loiseau Mise en scène: Mohammed Guellati Danseur: Pierre Bolo Lumière: Nicolas Tallec Scénographie: Guillaume Debaudreuil et Pierre Bolo Plateau: Bandy
Coproduction et soutien: Lieu unique, scène national de Nantes, Conseil Régional des Pays de La Loire, Conseil Général de Loire Atlantique, Cie Accrorap, Ville de Nantes, Cie Chute Libre, Théatre de l’Espace, Scène nationale de Besançon, Centre culturel Piano’cktail de Bouguenais
 ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

chat noir chat blues« Chat Noir, Chat Blues » est le troisième volet du projet artistique de la compagnie Chute Libre. Cinq années pour quatre pièces qui explorent l’intérieur et l’intériorité de personnages lié à leurs interprètes. Pour chacune des créations, dans un quotidien revisité, imaginaire et poétique, la danse et l’énergie hip hop glissent hors de leur cadre d’origine.

Dans ce solo Pierre met en scène Marvin, un personnage qui l’habite depuis plusieurs années et que l’on a pu suivre lors de la première création de la compagnie Chute Libre «Living Room Orchestra», et dans les créations de Kader Attou et la Cie Accrorap «Ici et Ailleurs» et «Petites histoires.com».

Marvin est une deuxième peau inspirée du « Nighthawk at the diner », une peinture de Edward Hooper et un album de Tom Waits. Il nous invite à découvrir une sensibilité au monde étoffée par ce qu’il a pu vivre et voir de ses voyages, de ses rencontres avec des cultures et des vies bien différentes les unes des autres. Une autofiction où il s’interroge sur sa propre identité à la rencontre de son jumeau «black» et joue au jeu du «je suis…je suis blanc, noir, nord, sud, danseur, carreleur, un végétal ou un carburant… et tout à la fois».

Marvin retourne le hip hop en poésie et vice versa, sur un décor qui évoque les sommets métropolitains, pentes, antennes, câbles, échelles, brouillard… Tel un chat de gouttière au rythme de la ville, sur les toits du monde urbain. Marvin prend du recul sur ce qui fait notre société d’aujourd’hui, ouverte à tout et cloisonnée. Sorte d’anti-héros qui ne fait rien de ce qu’on attend de lui, Marvin garde une approche sensible à ce qui l’entoure, marqué par des petites phrases, des petits gestes représentatifs de cultures, de mentalités, d’états d’âme…

Dates Passées
12 Mai 2010 – Le Phoenix, Valenciennes
21 Mars 2009 – Théâtre Jean Vilar, Vitry
24 au 26 Février 2009 – Festival Hip’Opsession, Lieu Unique, Nantes

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.